12 nov. 2010

339 – Lucky Luke destructeur d’archives

La dernière aventure de l’« homme qui tire plus vite que son ombre » imaginée par Daniel Pennac et Tonino Benacquista, Lucky Luke contre Pinkerton (Lucky Comics, 2010, 46 pages) fait de celui-ci un destructeur d’archives. Le scénario, basé sur des faits historiques, met en scène, entre autres, le président Lincoln et son détective privé Allan Pinkerton (dont une photo d’archives est d’ailleurs reproduite à la fin de la bande dessinée). Celui-ci est le fondateur de la Pinkerton’s National Detective Agency dont le slogan est « We never sleep » qui oblige Luky Luke à prendre sa retraite. Une agence américaine qui existe toujours et compte plus de 48 000 détectives.

À la page 12 du récit, à droite de la porte du bureau où s’affaire un personnel à la recherche de nombreux contrevenants, une affichette indique où se trouvent les archives, à l’opposé des cellules. Des archives, on l’apprendra 25 pages plus loin, qui cumulent des dizaines de milliers de fiches d’information sur autant de citoyens. De quoi vous rappeler les fichiers de la Stasie et ceux de la police de Franco (que j’ai eu l’occasion de voir à Salamanca, Espagne)…


Les événements feront que malgré lui, Pinkerton, pris en otage par les célèbres frères Dalton devra se résigner à faire appel à notre valeureux cowboy. Celui-ci, constatant l’existence de cet immense fichier de renseignements personnels, décidera de se faire justicier et de le détruire par le feu...


...au grand dam de Pinkerton de s’écriera « Mes fiches! Le travail de toute une vie ».

Michel Roberge

3 commentaires:

Smggl a dit...

Bonjour.

Sauf erreur de ma part, la Stasi etait plutot la police politique de l'Allemagne de l'Est...
( http://fr.wikipedia.org/wiki/Minist%C3%A8re_de_la_S%C3%A9curit%C3%A9_d%27%C3%89tat )

Signalons au passage que les archives constituées par Franco a Salamanque sont en partie constituées par la récupération des archives administratives d'autres régions espagnoles
(lire par exemple : http://www.comissiodeladignitat.cat/document-comissio/dossier-les-papiers-du-sang-ou-de-salamanca ou http://www.liberation.fr/monde/0101134525-salamanque-s-accroche-a-sa-memoire-papier )

Michel Roberge
Conseiller principal
en gestion intégrée des documents (GID)
a dit...

Vous avez raison : ma phrase il manquait deux mots (et ceux) dans ma phrase.

Merci de l'avoir souligné.

Michel Roberge
Conseiller principal
en gestion intégrée des documents (GID)
a dit...

Merci aussi pour le complément d'information.